Rechercher

C'est bon à savoir

RISQUES CLIMATIQUES : LA GRÊLE

 

Quels enjeux ?

 

Sous l’effet combiné du changement climatique et de l’implantation accrue d’activités humaines dans les zones exposéesaux aléas naturels, la sinistralité climatique n’a de cesse de croître. Aujourd’hui premier poste d’indemnisation pour lesassureurs, elle devrait au minimum doubler dans les 20 prochaines années (FFA).

La couverture assurantielle des sinistres climatiques peut-être régie soit dans un cadre légal d’indemnisation spécifique :le régime des catastrophes naturelles

(ou « Cat’ Nat’ »), soit dans un cadre contractuel « classique ».


La couverture assurantielle des sinistres climatiques peut-être régie soit dans un cadre légal d’indemnisation spécifique : le régime des catastrophes naturelles

(ou « Cat’ Nat’ »), soit dans un cadre contractuel « classique ».


Historiquement, la charge « Marché » des sinistres climatiques est répartie à égalité entre ces deux modes d’indemnisation. Selon une étude de l’association German Watch, la France est le pays d’Europe le plus exposé au changement climatique enraison de sa façade littorale, notamment dans la zone méditerranéenne, considérée par la communauté scientifique comme un hotspot du changement climatique.



LA GRÊLE

Selon ANELFA (association nationale d’études et de lutte contre les fléaux atmosphériques), le type le plus schématique d’une journée d’orages à grêle débute en fin de matinée par l’apparition de cumulus blancs aux contours nets dans un fond de ciel limpide.

Dans l’après-midi, à la faveur de l’échauffement du sol, les cumulus se développent en cumulus congestus aux bourgeonnements massifs. Les bases de ces nuages restent à une altitude à peu près constante aucours de la journée, vers 2 km au dessus du sol, par contre les sommets s’élèvent progressivement de plus en plus haut, et quelquesprotubérances parviennent finalement à des altitudes où la températureest nettement inférieure à 0°C. Des gouttelettes se congèlent, des précipitations de grésil ou de grêle se développent, et le stade du cumulonimbus, c’est-à-dire de l’orage, Le cumulonimbus produit de fortes précipitations, des éclairs, est atteint. des rafales de vent au sol, et parfois des tornades.

Les processus microphysiques à l'intérieur des orages jouent un rôle déterminant sur la grêle.



Mesurer une chute de grêle

L'échelle ANELFA permettant de calculer l'intensité des chutes de grêle est proposée sur le modèle de l'échelle Fujita à 6 classes pour les tornades.

Il est basé sur plus de trois mille points de chutes de grêle mesurés par des patins à grêle sur une période de 16 ans en France.

Le numéro de classe d'une chute de grêle est déterminé par la valeur entière du plus grand diamètre de grêlon mesuré en cm, ou par équivalence avec les objets courants : A0 à A5 pour le pois, le raisin, l'œuf de pigeon, la noix, l'œuf de poule, l'orange.

Le numéro de classe est suivi d'un signe plus ou moins sile sol est significativement plus ou moins qu'à moitié couvert de grêlons.


La grêle, à quelle fréquence ?

Les précipitations de grêle sont rares comparées aux précipitations de pluie et, du fait de leur caractère ponctuel, elles restent un phénomène difficile à évaluer.

La grêle tombe à toutes les saisons et notamment en hiver et au printemps mais c’est entre le mois d’avril et le mois d’octobre qu’il existe un risque de dommages importants à la fois aux cultures et aux bâtiments. C’est durant cette période que les medias rapportent les événements les plus marquants pour l’opinion publique.


Répartition géographique de la grêle

Les principales régions du monde concernées par un fort risque de grêle sont celles parmi les zones continentales où des vents forts dans la troposphère moyenne sont présents durant la saison des orages.

L’Europe occupe aussi une place de choix comme le démontrent les données d’assurance qui classent l’Espagne, l’Italie et la France dans le peloton de tête des pays concernés par des dommages dus à lagrêle.

Une première carte des régions françaises les plus concernées par ce risque a pu être dessinée.

Cette carte permet de distinguer différentes régions selon la fréquence moyenne de la grêle d’été, son intensité et les conditions météorologiques favorables à la formation d’orages grêligènes.

Répartition mensuelle de la grêle

L’ANELFA coordonne des campagnes de prévention de la grêle depuis plus de 50 ans et depuis maintenant 20 ans, elle a mis en place des réseaux de grêlimeètres qui permettent de mesurer des paramètres physiques des chutes de grêle indépendamment de toute considération économique. Le graphique ci-dessous représente le nombre de chutes enregistrées par mois, celles-ci étant classées selon l'échelle relative au diamètre des grêlons.

Globalement, on voit cependant bien la prépondérance du mois de mai comme période à risque et le danger des orages d’été. A l’heure actuelle, les techniques disponibles et répondant à des critères scientifiques se basent sur l’ensemencement des nuages à l’aide de noyaux de congélation.
Répartition horaire
L'énergie cinétique mesurée à l’aide des grêlimètres est un paramètre intéressant pour évaluer l’intensité des chutes de grêle. En prenant en compte le nombre de grêlons au m2 , leur diamètre et la vitesse de chutes c’est un indicateur assez complet qui de plus est fortement corrélé aux dégâts causés. Le graphique ci-dessus représente la répartition de l’intensité des chutes dans la journée. Le pic observé en fin d’après-midi est à rapprocher des conditions de formation des orages les plus violents : c’est en fin d’après-midi que la convection est la plus forte à la faveur de l’échauffement de l’air.

 

Quelles solutions pour limiter les dégâts

 
Les filets paragrêle

Les filets paragrêles sont l’unique moyen de protection reconnu par les compagnies d’assuranceen France comme efficace face aux épisodes degrêle.

Ce système est un des moyens de protection anti-grêle les plus fiables du marché mais il n’en est pas pour autant sans inconvénient et notamment parson coût d’installation,


L'assurance paramétrique

L’assurance paramétrique, également connue sous le nom d’assurance indicielle, est une assurance dont la particularité est de faire dépendre le déclenchement de la garantie d’un paramètre ou d’un indice objectifconvenu à l’avance alors que pour une assurance classique, c’est la survenance du dommage qui constitue l’élément déclencheur de la garantie.



Abonnement aux services de prévention météorologique

Pour exemple, Predict Services œuvre pour la prévention et la gestion des risques climatiques. Ils accompagnent particuliers, entreprises, collectivités territoriales et services de gestion de crise en France comme à l’international dans leurs prises de décisions : avant, pendant et après les phénomènes à risque.



Source ALNEFA, PRÉDICT Institutionnel, Freddy VINET


13 vues0 commentaire